News per Miccia corta

14 - 07 - 2008

Caso Petrella. Un editoriale di Anne Francoise Colombani su Elle

 

(www.paroledonnee.info)


 

SURVIS EN SURSIS
Anne Franá§oise Colombani
Editorial de l'hebdomadaire ELLE, publié le 5 juillet 2008

La mort d'une femme est annonc√©e. Dans la section psychiatrique de la maison d'arr√°¬™t de Fleury-M√©rogis, Marina Petrella, 54 ans, se laisse doucement partir. Pas de gr√®ve volontariste de la faim ou de la soif, mais un profond retrait du monde qui stup√©fie son entourage. Bref retour en arri√®re. Au d√©but des ann√©es 80, Marina Petrella est condamn√©e en Italie, avec 170 autres inculp√©s, √°¬† la prison √°¬† perp√©tuit√© pour l'ensemble des crimes et meurtres commis par les Brigades Rouges, dont l'enl√®vement et l'ex√©cution d'Aldo Moro. Figure du mouvement, elle accouche alors en prison de sa premi√®re fille, Elisa, avant d'√°¬™tre laiss√©e, pendant des ann√©es, en libert√© sous contr√°¬īle judiciaire. En 1993, sa peine √©tant confirm√©e en cassation, elle se r√©fugie en France avec son enfant. Officiellement et l√©galement. Pourquoi ? Parce que la France, par d√©cision du pr√©sident Mitterrand, a d√©cid√© en 1985 de donner une deuxi√®me chance aux terroristes italiens. D√®s lors qu'¬ę ils ont rompu avec la machine infernale ¬Ľ et qu'ils se sont r√©ins√©r√©s, ils sont √°¬† l'abri de toute extradition. Deux pr√©sidents de la R√©publique et neuf Premiers ministres, de droite comme de gauche, ont tenu cette promesse pendant plus de vingt ans. Munie d'un titre de s√©jour, Marina Petrella passe un CAP de jardinier, travail comme femme de m√©nage, se marie, donne naissance √°¬† une deuxi√®me fille et devient assistante sociale apr√®s une longue formation. Le 9 juin 2008, tout s'emballe. A la demande de l'Italie, Fran√°¬ßois Fillon signe le d√©cret d'extradition de Marina Petrella. Le 22 ao√°¬Ľt, elle est arr√°¬™t√©e et emprisonn√©e. Huit mois plus tard, apr√®s que son recours en cassation a √©t√© rejet√©, elle sombre dans la d√©pression. Ballott√©e deux fois de Fresnes √°¬† Villejuif, elle se meurt aujourd'hui √°¬† Fleury.

Il ne s'agit pas ici de refaire l'histoire et de se poser des questions sur la culpabilit√© de cette ancienne dirigeante des  Brigades Rouges. Elle a √©t√© jug√©e. Point. Pas question non plus de se demander si cette mesure envers les ex-terroristes est bonne ou mauvaise. Elle a √©t√© prise. Point. (D'ailleurs, la France ne vient-elle pas de proposer l'asile aux membres des Farc ?) Le noeud du d√©sespoir de Marina Petrella vient de l√°¬† : de l'attitude schizophr√©nique d'un Etat qui reprend brusquement ce qu'il a donn√©. Aujourd'hui, c'est au nom du reniement d'un principe √©tabli qu'il faut accepter  ce que son avocate, Ir√®ne Terrel, demande. D'abord, que son incarc√©ration soit interrompue le temps qu'elle puisse √°¬™tre soign√©e durablement. Et que, ensuite, la ¬ę clause humanitaire ¬Ľ soit appliqu√©e, qui pr√©voit de rendre impossible une extradition pour des raisons d'√°¬Ęge ou de sant√©. Alors, on pourra engager un d√©bat. Mais la survie d'une femme est plus urgente aujourd'hui.

I libri sono acquistabili in libreria o presso i rispettivi editori